Les maçons gagnent très bien leur vie et ont de meilleures opportunités pour faire carrière

Directeur de la section tessinoise de la SSE (SSIC-Ticino), Nicola Bagnovini explique que les salaires des maçons sont fixés par la Convention nationale et que les frontaliers ne peuvent donc pas travailler à un tarif inférieur.  Le canton du Tessin a de nombreux frontaliers. Quelle influence leur recrutement a-t-il sur les salaires? Dans une interview donnée à La Regione, le professeur duniversité Sergio Rossi a déclaré que le recrutement de frontaliers favorise la baisse du niveau moyen des salaires, car ils exercent des métiers situés tout en bas de lorganigramme de lentreprise, tels que vendeurs, ouvriers, maçons, infirmières, etc. Dans une tribune libre, le directeur de la section tessinoise de la SSE conteste linclusion des maçons dans cette énumérationIaffirme que les maçons gagnent bien leur vie et que leur rémunération est fixée par la Convention nationale, qui sapplique à tous les maçons quelle que soit leur origine. En dautres termes, les frontaliers ne peuvent pas gagner moins que les Suisses. Pour étayer son propos, Bagnovini ne cite pas seulement le salaire garanti de 73 000 francs pour un maçon, mais également la durée des congés fixée à cinq semaines dans tout le pays ainsi que la possibilité de partir à la retraite à 60 ans. Selon lui, les maçons ont également de meilleures opportunités pour faire carrière.   Ipense également que les diplômés ne doivent pas se laisser influencer par les stéréotypes, malheureusement très répandus et selon lesquels les maçons sont sous-qualifiés et gagnent peu, qui expliquent le peu dintérêt pour cette profession. Les entrepreneurs tessinois recrutent donc selon lui des frontaliers uniquement en raison du manque de main d’œuvre     

Auteur: Susanna Vanek

Partager l'article