Ce qui est bien peut encore être amélioré

Le béton conserve ses parts de marché, comme l’a souligné Martin Maniera, responsable de la politique économique, dans les Faits et chiffres de cette année. Sa consommation reste au même niveau depuis des années. Ce matériau de construction marque désormais des points avec une plus grande durabilité.

Avec son nouveau centre de formation, l’Université de Saint-Gall souhaite permettre des formes d’apprentissage novatrices. Sa construction est également novatrice : le béton durable EvopactPLUS de Holcim, qui contient du ciment Susteno respectueux des ressources, représente environ la moitié des 6 000 m3 de béton utilisés pour la construction du HSG Learning Center.  Le matériau de construction est fourni par la centrale à béton Holcim de Saint-Gall, située à seulement 3 kilomètres du chantier. Marcel Kunz, contremaître chez le maître d'œuvre Feldmann Bau, se montre convaincu par ce nouveau béton : « C’était une expérience pour nous car nous utilisions ce produit pour la première fois. Il nous a fallu un peu de temps pour nous familiariser avec le comportement du matériau, mais j’en suis très satisfait. C’est un béton formidable. » Un autre aspect passionnant en matière de développement durable est le système à corps creux utilisé par le maître d'œuvre : environ 900 à 1200 corps creux par étage sont scellés directement dans les dalles, ce qui réduit leur masse d’environ 17 % et favorise le comportement parasismique du bâtiment. « Chaque corps creux peut contenir 13 litres environ. Cela permet donc d’économiser entre 13 et 15 m3de béton par étape de bétonnage », précise Marcel Kunz. Le système de corps creux en béton a été présenté pour la première fois à Swissbau 2010 où il a remporté le prix du développement durable. Il s’inspire de la nature, et plus précisément des os, qui contiennent également des corps creux mais qui sont plus résistants qu’ils ne le seraient sans corps creux.

Avec le nouveau bâtiment, la HSG veut marquer des points non seulement en matière de développement durable mais aussi dans le langage architectural. L’addition de ciment blanc confère leur aspect aux formes architecturales en filigrane en béton de parement.

Un bon matériau

L’exemple le montre : le béton devient davantage durable mais sans perdre ses excellentes propriétés, notamment en termes d’esthétique. La nouveauté réside dans l’utilisation de matériaux de démolition non triés pour la production de béton, par exemple dans le ciment Susteno de Holcim mentionné précédemment. De nouvelles études ont montré que le ciment en matériaux de démolition non triés a également de très bonnes qualités dans le bâtiment, ce dont on doutait initialement.

Le pionnier continue

Eberhard est un pionnier dans le domaine du béton de recyclage. L’entreprise a mis en service sa première installation de recyclage en 1983 et transforme aujourd’hui 450 000 m3 de matériaux de démolition en béton. Un robot portique trie les matériaux de démolition mixtes et enlève les éléments tels que le plastique qui ne sont pas traités par la suite. Eberhard prévoit une extension avec EbiMIK. Trois nouvelles installations équipées de robots intelligents doivent voir le jour.

« Le secteur y est ouvert »

« Dans notre secteur, nous utilisons des matériaux de recyclage, en particulier chez KIBAG, depuis des années et, de plus en plus, partout. Et autant que possible. Le marché et son potentiel sont aussi déjà pleinement exploités en de nombreux endroits. Asphalte, briques silico-calcaires, briques, béton de démolition, matériaux de démolition non triés, bois, cartons et autres. Tout ce qui est minéral et non minéral est si possible valorisé. L’offre et les débouchés sont déterminés par le marché, les limites légales, les normes environnementales, etc. Personnellement, je trouve que les maîtres d’ouvrage sont pour l’essentiel très ouverts aux matériaux de recyclage et n’hésitent pas à les utiliser », déclare Ulrich Widmer, PDG de KIBAG Holding.

Ainsi, en matière de matériaux de construction, le mot d’ordre du secteur principal de la construction est de plus en plus souvent : recyclage au lieu de mise en décharge. C’est l’avenir.

 

 

A propos de l'auteur

pic

Susanna Vanek

rédactrice «Journal Suisse des Entrepreneurs»

svanek@baumeister.ch

Partager l'article