BIM: une transformation stratégique bien plus qu’une technologie

Consacré à l’introduction stratégique du BIM dans l’entreprise, le dernier « 5 à 7 de la construction » a eu lieu le 2 septembre à Lausanne et le 16 septembre à Bienne.

 

Dans l’industrie, la productivité a augmenté de près de 60% entre 1995 et 2013, tandis qu’elle a stagné dans la construction. Si différents paramètres entrent en ligne de compte, la digitalisation joue un rôle important. De fait, la construction se classe avant-dernière dans plusieurs études internationales portant sur la maturité numérique de différentes branches. Ce qui signifie que l’important potentiel de gain en productivité grâce à la digitalisation reste encore à réaliser dans la construction.

Pour accompagner ses membres dans cette transformation numérique, la SSE a lancé le concept « Entrepreneur 5.0 ». Concrètement, ce concept est structuré en trois phases. Au cours de la première qui s’est déroulée en 2019, l’objectif était d’abord de sensibiliser les entrepreneurs aux enjeux de la transformation numérique. L’année 2020 est quant à elle consacrée à la qualification pour cette transformation, tandis que la SSE apportera en 2021 un soutien actif dans ce processus.

 Nouvelles publications de la SSE

La SSE a édité deux publications, que Zafer Bakir, responsable digitalisation à la SSE, est venu présenter aux entrepreneurs romands dans le cadre du dernier « 5 à 7 de la construction ».

Zafer Bakir, qui représente également la SSE au sein de Bâtir Digital Suisse et de buildingSMART Switzerland, a d’abord insisté sur le fait que le BIM était d’abord un développement stratégique, qui doit être mené au niveau de la direction de l’entreprise et ne peut pas être simplement délégué au responsable de l’IT. « Le BIM est une méthode qui s’appuie sur la technologie pour transformer les processus et modes de travail existants. La technologie est certes un catalyseur qui pousse en avant la digitalisation, mais la technologie reste un outil et n’est pas une fin en soi. La transformation numérique induit bien d’autres changements et a un impact sur la culture de l’entreprise, sur ses compétences voire son business model, mais aussi ses clients et ses partenaires, par exemple.»

La publication de la SSE « Le BIM dans l’entreprise de construction » a donc pour objectif de guider pas à pas l’entrepreneur dans sa réflexion autour de cette transformation profonde. Après la définition des objectifs, les cas d’application les plus fréquents dans la construction sont abordés et classés par degré de difficulté. « Je recommande aux entreprises de commencer leur transformation numérique avec un premier cas d’application relativement simple, adapté à leur business model. Par la suite, l’entreprise peut progressivement mettre en œuvre d’autres cas d’application, y compris des cas plus difficiles. Au besoin, elle peut aussi s’associer avec un partenaire », précise Zafer Bakir. « L’important est que les cas choisis correspondent bien à son business model. Car les attentes des maîtres d’ouvrage peuvent aussi être très différentes. Certains se contenteront de la modélisation de leurs ouvrages, alors que d’autres voudront par exemple pouvoir contrôler les spécificités techniques et les quantités du projet durant toutes les phases de réalisation. »

D’autres aspects stratégiques sont développés dans la brochure de la SSE, qui est déjà utilisée Outre-Sarine dans la formation continue des conducteurs de travaux et des entrepreneurs. «Nous voulons aussi monter cette formation en Suisse romande, et cherchons actuellement un partenaire pour ce faire.» Une formation sur laquelle le Journal Suisse des Entrepreneurs ne manquera pas de revenir en temps voulu.

Pour commander les publications de la SSE

Le guide « Le BIM dans l’entreprise de construction », de même que la brochure « Aperçu du marché en matière d’outils BIM », qui évalue les différents logiciels BIM, peuvent être commandés via le shop en ligne de la SSE.

 

Auteur: Corine Fiechter

Partager l'article